Prenez connaissance des directives de l'Université Sainte-Anne en matière de prévention de la COVID-19.

Appel à communications - Simone Chaput : espaces, cultures et identités

la version en anglais suit

Un appel à communications est lancé pour le colloque « Simone Chaput : espaces, cultures et identités ». D’abord annoncé pour septembre 2020, ce colloque a été repoussé en raison de la pandémie de la COVID-19 et il se tiendra du 28 au 30 avril 2022. Nous espérons que la situation sanitaire permettra un colloque en présentiel à Saint-Boniface et Winnipeg, au Manitoba.

Depuis la parution de La vigne amère en 1989, Simone Chaput a signé dix romans et un recueil de nouvelles. Plusieurs de ses livres ont été salués par la critique et lui ont valu de nombreux prix (dont le prix La Liberté pour La vigne amère et Un piano dans le noir, le prix Champlain et le prix des lecteurs Radio-Canada pour Un vent prodigue). Au fil des publications, elle s’est donc imposée comme une auteure incontournable du Manitoba et, plus généralement, de la francophonie canadienne. Malgré cette réception favorable, il semble que l’œuvre de Simone Chaput reste encore peu étudiée – du moins, hors d’un cercle assez restreint de spécialistes des littératures franco-manitobaine et de l’Ouest canadien. Pourtant, l’écriture de Chaput – et les quelques articles qui lui sont consacrés le démontrent – n’est pas réductible à ce cadre géographique et culturel ; elle se veut également le lieu d’un récit intime et interculturel qui n’a pas de frontière réelle et qui amène les personnages à se penser dans le rapport qu’ils entretiennent avec les autres et, surtout, avec eux-mêmes. Cette écriture de l’intime donne à l’œuvre un caractère universel qui reste, par les tensions qui en émergent, d’une grande actualité. La publication de deux romans en anglais, Santiago, en 2004, et A Possible Life, en 2007, s’inscrit d’ailleurs dans cette réflexion sur l’universalité du sujet qui habite l’œuvre. Cette production littéraire en anglais et en français nous invite à nous interroger sur les espaces que nous habitons, sur l’entrecroisement des cultures et des identités, et sur nos représentations de la pratique de l’écriture.

C’est dans cet univers que nous proposons d’entrer dans le cadre de ce colloque, qui vise à réunir pour la première fois des chercheurs de divers horizons autour de l’œuvre de Simone Chaput. Nous en explorerons toute la richesse par le biais d’approches diversifiées : esthétique, thématique, géographique, comparative, sociale, culturelle, géopoétique, écocritique, entre autres. Parmi les multiples pistes de réflexion possibles, on notera, à titre indicatif, les suivantes :

  • l’inscription des espaces : ici et ailleurs;
  • la porosité des frontières culturelles et identitaires;
  • les tensions entre le soi et l’autre;
  • le soi et les structures sociales de la collectivité (famille, communauté, groupes sociaux, etc.);
  • les rapports intersubjectifs et intergénérationnels ;
  • la langue et l’imaginaire (l’anglais vs/ou le français comme langue d’écriture);
  • l’écriture de Simone Chaput dans l’espace littéraire franco-manitobain et francophone du Canada;
  • la lecture de l’œuvre par le biais de l’approche comparative;
  • Simone Chaput et ses contemporain.e.s;
  • la poétique de l’écriture;
  • figures et figurations de l’art et de l’artiste.

Le colloque sera l’occasion de proposer une vue d’ensemble sur l’écriture de Simone Chaput. Nous vous invitons à soumettre des propositions de communication portant sur l’un ou plusieurs de ces sujets ou sur tout autre aspect de l’œuvre. La date limite pour soumettre une proposition de communication (200-250 mots, en français ou en anglais), avec un titre provisoire, vos coordonnées, votre affiliation institutionnelle et une courte notice bio-bibliographique (environ 120 mots), est le 10 septembre 2021.

Les propositions peuvent être adressées à Jimmy Thibeault à l’adresse suivante :

Invitées

  • Simone Chaput : invitée d’honneur
  • Lucie Hotte, Université d’Ottawa : conférencière d’honneur

Comité organisateur

  • Adina Balint (University of Winnipeg)
  • Irène Chassaing (University of Manitoba)
  • Lise Gaboury-Diallo (Université de Saint-Boniface)
  • Jimmy Thibeault (Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et francophones, Université Sainte-Anne)

Œuvres de Simone Chaput

  • La vigne amère, Éditions du Blé, Saint-Boniface, 1989, 2e édition en 2004 – roman
  • Un piano dans le noir, Éditions du Blé, Saint-Boniface, 1991, 2e édition en 2011 – roman
  • Le coulonneux, Éditions du Blé, Saint-Boniface, 1998 – roman
  • Incidents de parcours, Éditions du Blé, 2000 – nouvelles
  • Santiago, Turnstone Press, Winnipeg, 2004 – roman
  • A Possible Life, Turnstone Press, Winnipeg, 2007 – roman
  • La belle ordure, Éditions du Blé, Saint-Boniface, 2010 – roman
  • Un vent prodigue, Leméac éditeur, Montréal, 2013 – roman
  • Une terrasse en mai, Leméac éditeur, Montréal, 2017 – roman
  • Les derniers dieux, Éditions du Blé, Saint-Boniface, 2018 – roman
  • Que serons-nous sans le secours de ce qui n’existe pas?, Leméac éditeur, Montréal, 2020 – roman

Call for Papers - Simone Chaput: Spaces, Cultures and Identities

We invite proposals for presentations at the colloquium “Simone Chaput: Spaces, Cultures and Identities”, which will now take place between April 28-30, 2022. The colloquium–initially scheduled to take place in September 2020 – had been postponed due to the COVID-19 pandemic. We hope to hold this event in person in Saint-Boniface and Winnipeg, Manitoba, depending on how the pandemic situation evolves.

Since the publication of La Vigne amère in 1989, Simone Chaput has written nine novels and a collection of short stories. Many of her books have been acclaimed by critics and have garnered numerous awards (including the La Liberté Award for La Vigne amère and Un piano dans le noir, as well as the Champlain Award and the Radio-Canada Readers’ Award for Un vent prodigue). Over the years, Simone Chaput has established herself as a key contributor to Manitoban literature and, more generally, to Canadian Francophonie. Despite this favorable reception, her work seems to be little studied – at least, outside of the fairly small circle of specialists in Franco-Manitoban and Western Canadian literatures. Yet, Chaput's writing – as the few articles devoted to it demonstrate – is not limited to this geographical and cultural context; it also generates an intimate and intercultural narrative with no actual frontiers, that leads the characters to think about their relationship with others and, above all, with themselves. This writing of the intimate gives Chaput’s work a universal dimension which remains, by the tensions emerging from it, particularly relevant to our contemporaries. The publication of two novels written in English – Santiago, in 2004, and A Possible Life, in 2007 – also reflect the subject’s universality in Chaput’s work. This literary production in both English and French invites us to question ourselves about the spaces we inhabit, the interweaving of cultures and identities, and our own representations of the practice of writing.

It is this literary world that we propose to explore through this colloquium, which aims to bring together, for the first time, researchers from various backgrounds interested in the work of Simone Chaput. We welcome a diversity of approaches: aesthetic, thematic, geographical, comparative, social, cultural, geopoetic, ecocritical, to name a few. Topics of interest include, but are not limited to the following:

  • the inscription of spaces: here and elsewhere;
  • the porosity of cultural and identity boundaries;
  • tensions between the self and the other;
  • the self and social structures of the community (family, community, social groups, etc.);
  • intersubjective and intergenerational relationships;
  • language and the imaginary (English vs/or French as a writing language);
  • Simone Chaput's writing in Canada's Franco-Manitoban and Francophone literary spaces;
  • comparative studies of Simone Chaput’s work;
  • Simone Chaput and her contemporaries;
  • Simone Chaput’s poetics;
  • figures and figurations of art and of the artist.

The colloquium will be an opportunity to further explore Simone Chaput’s writing. We invite you to submit proposals on one or more of the topics above or on any other aspect of her work. The deadline to submit a proposal (200-250 words, in English or French), with a provisional title, your contact information, your institutional affiliation and a short bio-bibliography (approximately 120 words), is September 10, 2021.

Proposals can be sent to Jimmy Thibeault at the following address:

Guests

  • Simone Chaput: guest of honor
  • Lucie Hotte, University of Ottawa: keynote speaker

 Organizing committee

  • Adina Balint (The University of Winnipeg)
  • Irène Chassaing (University of Manitoba)
  • Lise Gaboury-Diallo (Université de Saint-Boniface)
  • Jimmy Thibeault (Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et francophones, Université Sainte-Anne)

Works by Simone Chaput

  • La vigne amère, Éditions du Blé, Saint-Boniface, 1989, second edition in 2004 – novel
  • Un piano dans le noir, Éditions du Blé, Saint-Boniface, 1991, second edition in 2011 – novel
  • Le coulonneux, Éditions du Blé, Saint-Boniface, 1998 – novel
  • Incidents de parcours, Éditions du Blé, 2000 – short stories
  • Santiago, Turnstone Press, Winnipeg, 2004 – novel
  • A Possible Life, Turnstone Press, Winnipeg, 2007 – novel
  • La belle ordure, Éditions du Blé, Saint-Boniface, 2010 – novel
  • Un vent prodigue, Leméac, Montréal, 2013 – novel
  • Une terrasse en mai, Leméac, Montréal, 2017 – novel
  • Les derniers dieux, Éditions du Blé, Saint-Boniface, 2018 – novel
  • Que serons-nous sans le secours de ce qui n’existe pas?, Leméac éditeur, Montréal, 2020 – novel