Conférence « La francophonie canadienne dans le présent contexte politique » de Benoît Pelletier à l'Université Sainte-Anne

La Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et francophones, le département d'études françaises et le Centre acadien de l'Université Sainte-Anne vous invitent à la deuxième conférence de la série des « grandes conférences de l'Université Saint-Anne » pour l'année 2014-2015 qui sera donnée par Benoît Pelletier.

Dans sa conférence, intitulée « La francophonie canadienne dans le présent contexte politique », Benoît Pelletier examinera le contexte politique prévalant actuellement au fédéral et dans les différentes provinces, et il en dégagera les principaux défis que devra relever la francophonie canadienne au cours des prochaines années afin d'assurer son propre épanouissement. Il en profitera d'ailleurs pour revenir sur certains événements historiques de grande importance — tels que le référendum québécois de 1980, le « rapatriement » de 1982, l'échec de l'Accord du lac Meech en 1990, l'échec de l'Entente de Charlottetown en 1992 et le référendum québécois de 1995 —, afin de mesurer l'impact qu'ils ont pu avoir sur les rapports entre les Québécois et les francophones vivant en situation minoritaire au Canada, de même que sur la place qu'occupe en ce moment la francophonie canadienne à l'intérieur de notre fédération.

L'événement aura lieu le jeudi 20 novembre à 19h à la salle SV4

Pour information, contactez Stéphanie St-Pierre, coordonnatrice de la recherche à la CRÉAF


902-769-2114 Poste 7152

Biographie

Benoît Pelletier est marié à Danièle Goulet et est père de quatre enfants.

Admis au Barreau du Québec en 1982, Benoît Pelletier a d'abord pratiqué le droit au sein du contentieux des affaires civiles et du droit immobilier du ministère de la Justice du Canada (de 1983 à 1989) et des Services juridiques du Service correctionnel du Canada (en 1989 et 1990), à Ottawa. C'est en 1990 qu'il s'est joint au corps professoral de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa, dont il fait encore partie et où il assume en ce moment la fonction de professeur titulaire. Benoît Pelletier a aussi assumé la fonction de doyen adjoint à cette faculté de droit de 1996 à 1998.

Pendant dix ans, Benoît Pelletier a représenté la circonscription de Chapleau à l'Assemblée nationale du Québec. Il a été ministre du gouvernement du Québec pendant près de six ans. À ce titre, il a été notamment responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes, de la Francophonie canadienne, des Affaires autochtones et de la Réforme des institutions démocratiques.

Détenteur d'un baccalauréat en droit de l'Université Laval, Benoît Pelletier détient aussi une maîtrise en droit de l'Université d'Ottawa et deux doctorats en droit, l'un de l'Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne), l'autre de l'Université Aix-Marseille III.

En 1989, Benoît Pelletier a obtenu la Médaille du Barreau de Paris, à titre de meilleur étudiant des programmes des Études supérieures en droit de l'Université d'Ottawa. En 1998, il s'est vu décerner le Prix d'excellence en enseignement de l'Université d'Ottawa.

Benoît Pelletier est l'auteur de nombreuses publications à caractère scientifique, dont un important traité sur la modification constitutionnelle au Canada (paru en 1996). Il a aussi prononcé de nombreuses conférences au Canada et à l'étranger. Il a été reçu comme professeur invité par les universités de Nantes, de Corse, de Paris II, de Paris V et de Lyon III. Il a aussi été reçu à deux reprises, soit en 2007 et en 2009, à titre de Public Policy Scholar par le Woodrow Wilson International Center for Scholars de Washington.

Benoît Pelletier est aussi l'auteur d'un essai politique, publié en 2010 aux Presses de l'Université Laval et intitulé Une certaine idée du Québec. Parcours d'un fédéraliste. De la réflexion à l'action.

  • En 2006, Benoît Pelletier a été admis dans l'Ordre de la francophonie de Prescott et Russell.
  • En 2008, il s'est vu décerner la médaille Léger-Comeau par la Société nationale de l'Acadie, afin de souligner ses nombreux efforts en vue de rapprocher les Acadiens et les Québécois. Il s'est aussi vu remettre le médaillon du 400e anniversaire de fondation de la ville de Québec.
  • En 2009, il a été admis dans l'Ordre de Gatineau en tant que Grand Citoyen.
  • En 2010, il a été nommé Commandeur dans l'Ordre de la Pléiade, visant à souligner sa contribution exceptionnelle à la Francophonie internationale. Il a été choisi comme personnalité de la semaine Radio-Canada/Le Droit (semaine du 22 mars 2010). Il a reçu les insignes de l'Ordre des francophones d'Amérique de la part du Conseil supérieur de la langue française du Québec.
  • En 2011, il a été fait Commandeur dans l'Ordre de la Couronne de Belgique, en vue de souligner sa contribution au renforcement des relations entre la Belgique et le Canada. Il a reçu la médaille Gloire de l'Escolle à titre de Grand diplômé de l'Université Laval. Le Barreau du Québec lui a décerné le titre d'Avocat émérite. Il a reçu le Prix Boréal de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada. Il a été fait Commandeur dans l'Ordre des Palmes académiques de France.
  • En 2012, il s'est vu décerner un doctorat honoris causa en droit par l'Université de Moncton. Il a été fait membre honoraire de l'Association canadienne d'éducation de langue française. Il a été fait Chevalier dans l'Ordre national du mérite de France. Il a été le récipiendaire du Mérite du Barreau de l'Outaouais.
  • En 2013, il s'est fait remettre la médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II. Il a aussi été le récipiendaire de la médaille Gérard-Lesage de l'Université du Québec en Outaouais.
  • En 2014, Benoît Pelletier est devenu officier dans l'Ordre national du Québec.

Benoît Pelletier est le fondateur du Centre de la Francophonie des Amériques et est à l'origine du Conseil de la fédération.