Parution : « Se nommer soi, se nommer l’autre : le refus des exclusions culturelles dans la littérature franco-ontarienne »

Jimmy Thibeault a fait paraître « Se nommer soi, se nommer l'autre : le refus des exclusions culturelles dans la littérature franco-ontarienne » dans l'ouvrage Les littératures franco-canadiennes à l'épreuve du temps, sous la direction de Lucie Hotte (chercheuse associée à la CRÉAF) et François Paré.

L'ensemble de l'ouvrage propose de jeter « une multiplicité de regards sur la littérature de la francophonie canadienne durant plus de quatre siècles d'écriture, de l'époque fascinante de la Nouvelle-France jusqu'à l'effervescence culturelle et littéraire de ces dernières années, en passant par l'expansion des territoires du Canada français au XIXe siècle. » (Quatrième de couverture)

L'article de Jimmy Thibeault s'intéresse plus particulièrement à la place qu'occupent les « écrivains migrants » dans la reconfiguration des espaces culturels francophones. Il analyse la place de ces écrivains dans l'historiographie et la critique de la littérature franco-ontarienne. Il s'intéresse à l'ambiguïté du discours institutionnel qui, d'une part, voit dans la littérature un moyen de fonder l'identité collective franco-ontarienne et qui, d'autre part, se veut ouvert en incluant d'entrée de jeu les publications d'auteurs d'immigration récente à l'histoire littéraire. Son analyse des œuvres de Daniel Poliquin et de Didier Leclair montre que, au-delà du discours institutionnel, il existe une convergence, souvent ignorée par la critique, entre les écrivains dits « de souche » et « migrants ».

Parmi les nombreux articles de l'ouvrage, soulignons ceux de Lucie Hotte, Jean Morency et Pamela V. Sing, qui sont chercheurs associés à la CRÉAF.

Référence : Jimmy Thibeault, « Se nommer soi, se nommer l'autre : le refus des exclusions culturelles dans la littérature franco-ontarienne », Lucie Hotte et François Paré (dir.), Les littératures francophones minoritaires à l'épreuve du temps, Ottawa, Presses de l'Université d'Ottawa, coll. « Archives des lettres canadiennes », 2016, p. 257-284.

Abonnez-vous !

L'Université Sainte-Anne tient à vous informer sur nos nouvelles. En vous abonnant, vous recevrez nos nouvelles directement dans votre boîte de réception.

Cliquez ici pour vous abonnerCliquez ici pour vous abonner

Adresse courte de l'article