À propos de la Chaire

À propos de la Chaire

À propos de la Chaire

Inauguré en novembre 2015 sous la direction du professeur Clint Bruce, le programme interdisciplinaire de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) étudie l’évolution des liens transnationaux et translocaux entre les communautés de la diaspora acadienne, et plus particulièrement entre la Louisiane et l’Acadie des Maritimes. Il s’intéresse également à l’évolution des identités francophones en Louisiane depuis le XVIIIe siècle et aux interactions entre l’Acadie diasporique et d’autres phénomènes transnationaux. Son approche combine la recherche historique, les études culturelles et les méthodes ethnographiques. La formation des étudiants et la mobilisation des connaissances auprès du public représentent des axes privilégiés de la CRÉAcT.

Le blogue Les Carnets Nord/Sud permet de rester au courant de nos initiatives.

L’Observatoire Nord/Sud constitue le foyer principal des activités de la CRÉAcT. Ce centre de recherche et de mobilisation du savoir est situé au 2e étage de la Bibliothèque Louis-R.-Comeau. L’Observatoire Nord/Sud a été établi grâce à des subventions de la Fondation canadienne pour l’innovation (Fonds des leaders John-R.-Evans) et de la Nova Scotia Research and Innovation Trust.

Le premier mandat de la Chaire s’oriente autour des projets et travaux suivants :

Afro-Creole Poetry in French from Louisiana's Radical Civil War-Era Newspapers: A Bilingual Edition

Paru aux presses de The Historic New Orleans Collection, ce livre réunit 80 poèmes écrits en Louisiane par des militants créoles des droits civiques au 19e siècle. Le corpus provient de deux journaux progressistes et anti-esclavagistes de l’époque de la guerre de Sécession (années 1860) : L’Union et La Tribune de la Nouvelle-Orléans. L’ouvrage comprend des traductions en anglais, une introduction historique et des esquisses biographiques, en plus d'un avant-propos d'Angel Adams Parham.

La diaspora acadienne au fil de nos histoires

Il s’agit d’un projet d’histoire orale ayant pour objectif de recueillir des témoignages d’expériences vécues en Louisiane par des Acadiennes et Acadiens des Maritimes, d’une part, et par des gens de la Louisiane en Acadie des Maritimes, d’autre part. Une cinquantaine d’entretiens seront été réalisés entre 2016 et 2020. 

L’expérience acadienne au temps de l’esclavage (première phase)

Contrairement aux perceptions ayant façonné les mythes collectifs de la diaspora acadienne, les premières générations de familles acadiennes en Louisiane ont pleinement intégré la hiérarchie raciale de la société créole, notamment en pratiquant l’esclavagisme. Ce volet a pour but de faire lumière sur ces dynamiques sociales dans une aire spécifique, à savoir la « Côte des Acadiens », région sucrière sur le Mississippi, depuis l’époque coloniale jusqu’à la guerre de Sécession (1861-65) et la Reconstruction (1863-77). À partir des prémices posées dans des articles déjà parus, il en sortira deux monographies. La première s’intitulera : By Any Means Necessary: The 1858 Killing of Constant Melançon, Acadian Planter of Louisiana, by Toussaint, His Slave and Childhood Friend. Dans l'éventuel second mandat de la CRÉAcT, un deuxième volet se tournera vers l’histoire des femmes en Louisiane, noires et blanches, à travers la vie et la famille de Désirée Martin (1830-77). Arrière-petite-fille d’Acadiens déportés et religieuse défroquée, elle est l’auteure d’un récit autobiographique peu étudié, dans lequel elle évoque les personnes tenues en esclavage par sa famille tout en déplorant les injustices qu’elles ont subies. Cette monographie s’intitulera : L’Expérience acadienne au temps de l’esclavage. Désirée Martin et les siens en Louisiane créole.

Les villes ont une famille : enquête sur les jumelages municipaux aux provinces Maritimes (première phase)

Depuis le début des années 1970, plusieurs villes des provinces Maritimes ont établi des relations bilatérales avec d’autres municipalités, à l’étranger et à l’intérieur du Canada. Un certain nombre de ces jumelages tendent à favoriser les échanges avec des communautés francophones ou d’origine acadienne ailleurs dans le monde. Notre enquête cherche à mieux cerner ce phénomène au sujet duquel il existe, jusqu’ici, peu de données fiables. La démarche est triple : un recensement des jumelages dans les trois provinces Maritimes, la constitution d’une base de données de sources documentaires et la cueillette de témoignages.

Les médias francophones sous toutes leurs coutures : rôles, défis, occasions dans un environnement en changement

Du 4 au 6 octobre 2019, près d’une centaine de personnes venues de partout au Canada et de l’international se sont réunies au campus de Pointe-de-l’Église de l’Université Sainte-Anne, en Nouvelle-Écosse, pour participer au colloque Les médias francophones sous toutes leurs coutures : rôles, défis, occasions dans un environnement en changement. Cette manifestation scientifique et communautaire était organisée par le Réseau de la recherche sur la francophonie canadienne (RRF), en collaboration avec l’Observatoire Nord/Sud de l’Université Sainte-Anne et la Société acadienne de Clare, sous l’égide de l’Association des collèges et universités de la francophonie canadienne (ACUFC). Le colloque avait pour objectif de réunir des chercheures et chercheurs universitaires, des spécialistes du secteur médiatique et des membres de la communauté afin d’échanger sur l’évolution de la sphère publique en milieu francophone, et ce en croisant les perspectives et les approches disciplinaires.

Repenser l’Acadie dans le monde : études comparées, études transnationales

Mené en collaboration avec Gregory Kennedy, directeur de l’Institut d’études acadiennes de l’Université de Moncton, ce projet pluridisciplinaire réunit une vingtaine de chercheures et de chercheurs. Son ambition est de renouveler les études acadiennes en situant l’Acadie dans une double perspective, transnationale et comparée. Repenser l’Acadie dans le monde l’Acadie dans le monde bénéficie de l’appui de l’Institut L.-R.-Wilson d’histoire canadienne (McMaster University), où l’initiative a été lancée en mars 2019. Une série d’ateliers et d’activités publiques aboutira à un ouvrage collectif. Tenu à l'Université de Moncton en août 2019, le premier atelier a bénéficié d'une subvention du CRSH - Programme Connexion.