Nouveau coronavirus (COVID-19)

Le campus de Pointe-de-l'Église est fermé aux membres du public. Nos campus de Halifax, Tusket, St-Joseph-du-Moine et Petit-de-Grat sont fermés.

Les opérations se poursuivent à distance. Les membres du personnel sont disponibles pour répondre aux questions et pour appuyer la population étudiante actuelle et future.

Consulter la page COVID-19

Plan stratégique de recherche 2020-2025

Plan stratégique de recherche 2020-2025

Plan stratégique de recherche 2020-2025

Le savoir à l’intersection de l’acadie et d’un monde en mutation

Mission

Le plan stratégique de recherche de l’Université Sainte-Anne, Le savoir à l’intersection de l’Acadie et d’un monde en mutation, est un élément essentiel de sa mission universitaire. Fière de son caractère francophone, l’Université Sainte-Anne constitue un foyer unique en son genre pour l’apprentissage, la recherche, l’innovation et l’épanouissement en français. En effet, ancrée dans l’Acadie de la Nouvelle-Écosse, l’Université se focalise sur la création et la mobilisation de savoirs nouveaux dans une variété de domaines de pointe particulièrement pertinents pour notre époque. L’Université Sainte-Anne souhaite soutenir une culture de recherche concertée et dynamique, de façon à favoriser le rayonnement et la mise en œuvre de savoirs vitaux et novateurs, destinés à répondre aux besoins de la communauté locale, de la société acadienne et d’un monde en constante mutation.


Contexte

Au cours des dernières années, l’Université Sainte-Anne s’est engagée dans un important processus de consolidation et de transformation qui témoigne aujourd’hui de sa position comme chef de file en Atlantique dans le domaine de la recherche fondamentale et appliquée. L’Université compte des chercheurs et des chercheuses de réputation nationale et internationale dont les travaux contribuent à son rayonnement et à sa capacité de recruter de nouveaux étudiants et étudiantes. Il est aussi clair que tous les membres de la communauté universitaire, à tous les niveaux, s’emploient à créer une culture de recherche dynamique et inclusive qui rende compte de la diversité des approches et des identités.

Bien enracinée dans les régions côtières du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse et disposant de campus satellites aux quatre coins de la province, l’Université Sainte-Anne est donc à même de tracer des voies de recherche pertinentes, originales et nécessaires. Elle s’est distinguée, au cours des années, par sa volonté ferme de s’impliquer activement dans les communautés qu’elle dessert : l’Université Sainte-Anne tient à épauler le développement de ces communautés et à en assurer le mieux-être et la prospérité. L’Université et son personnel de recherche continuent d’ancrer leurs actions dans une Acadie profondément établie, et néanmoins ouverte et sans frontières, apte à contribuer d’unique façon au développement des savoirs et au progrès d’un monde en incessante transformation. Forte de son engagement et de sa culture de proximité, l’Université favorise l’émergence de savoirs indispensables et éclairés dans des domaines aussi divers que la culture, la langue, le développement socio-économique des populations, le patrimoine, l’éducation et les sciences naturelles. L’Université est aussi un foyer de conceptions uniques et innovantes dont la portée va bien au-delà de leur utilité immédiate, car elle tient à profiter de son milieu de vie unique pour apporter une contribution originale à la communauté acadienne qu’elle dessert, tout en répondant, par son ouverture à une francophonie moderne, globalisée et dynamique, aux besoins urgents auxquels notre monde fait face actuellement. L’Université veut être le lieu d’une pensée en réseau, permettant de traverser les limites disciplinaires et institutionnelles. De nombreux partenariats internes et externes structurent donc ces échanges et renforcent la portée des recherches entreprises. Enfin, l’Université dispose de centres, de laboratoires et d’observatoires qui servent à relier les chercheuses et les chercheurs entre eux et à établir des ponts avec les institutions, les entreprises et l’ensemble des acteurs sociaux.


Valeurs

Les valeurs exprimées dans le Plan stratégique de l’Université (2019-2024) constituent les piliers sur lesquels se construisent également les initiatives de recherche en cours et à venir :

  • Le savoir et l’innovation
  • La collaboration
  • L’identité et la culture acadiennes
  • L’ouverture à la diversité
  • La qualité de vie et le respect de l’environnement
  • La langue française

Par ses travaux et son engagement, le personnel de recherche de l’Université Sainte-Anne veut incarner ces valeurs. Le plan stratégique de recherche constitue ainsi une composante essentielle des axes de développement énoncés dans le Plan stratégique global de l’université. Son incidence sur le recrutement et la rétention des étudiantes et des étudiants, la réputation générale de l’Université, sa visibilité et sa légitimité autant au niveau local que provincial et national ne font d’ailleurs aucun doute.


Objectifs généraux

Dans ce contexte, le Plan stratégique de recherche de l’Université Sainte-Anne met de l’avant un certain nombre d’objectifs généraux qui encadreront ses décisions dans le domaine de la recherche au cours des prochaines années.

Ces objectifs sont les suivants :

1. Trois axes prioritaires, trois chaires de recherche

Étendre la réputation d’excellence de l’Université Sainte-Anne par le maintien ou l’obtention d’une Chaire de recherche pour chacun des trois axes de recherche énoncés dans ce Plan stratégique.

2. Recherche fondamentale et recherche appliquée

Favoriser un équilibre entre la recherche fondamentale, destinée à poser les questions théoriques essentielles à la compréhension des phénomènes analysés, et la recherche appliquée, permettant de relever les défis concrets auxquels la société contemporaine est confrontée.

3. Regard sur l’innovation

Permettre la consolidation, l’émergence et la mise en œuvre d’idées et de conceptions à la fois nécessaires et innovantes, dont l’impact pour la société dans son ensemble devra être tangible et structurant.

4. Transdisciplinarité et collaborations

Encourager et faciliter l’émergence de projets transdisciplinaires de façon à mettre en commun les ressources intellectuelles, épistémologiques et budgétaires de l’université et de son personnel de recherche.

5. Recherche et enseignement

Favoriser l’intégration harmonieuse de la recherche subventionnée et des programmes d’études à tous les niveaux, de façon à faire de l’Université Sainte-Anne un milieu d’enseignement stimulant qui soutient la concertation, l’initiative et les forces transformatrices au sein de la société acadienne et de la francophonie mondiale.

6. Mobilisation des connaissances

Appuyer les recherches fondamentales et appliquées par des stratégies de mobilisation des connaissances, l’Université Sainte-Anne et ses chercheures et chercheures devant être au cœur des débats publics.

7. Partenariats et recherche-action

Favoriser la création de partenariats locaux, nationaux et internationaux de façon à favoriser une plus grande intégration des savoirs théoriques et pratiques. Mettre en place des stratégies de recherche-action permettant d’établir des liens concrets entre le personnel de recherche et les institutions locales, provinciales et nationales.

8. Développement et vitalité de la société acadienne

Soutenir le développement et contribuer à la vitalité de la société acadienne, de sa culture et de sa langue par des programmes de recherche pertinents et novateurs.

9. Équité, diversité et inclusion

Assurer, dans tous les projets de recherche de l’Université, le maintien des valeurs fondamentales d’équité, de diversité et d’inclusion, de façon à refléter les intentions du Plan stratégique de l’Université (2019-2024) dans son ensemble.

10. Structuration des services pour la recherche

Poursuivre la création d’une infrastructure de recherche, permettant la mise en place d’un bureau de coordination des différents services offerts par l’université aux chercheures et chercheurs, servant d’agent de liaison entre l’Université et les organismes subventionnaires, et assurant sur toutes les plateformes la diffusion des réalisations en recherche du corps professoral et de la population étudiante.

11. Financement

Atteindre et maintenir un seuil de financement annuel moyen supérieur à 100 000 $ provenant des trois organismes fédéraux de financement de la recherche (CRSH, CRSNG et IRSC).


Axes prioritaires (2020-2025)

Pour les besoins du présent Plan stratégique de recherche, les trois axes prioritaires suivants forment l’armature qui permettra la réalisation de l’ensemble des objectifs généraux.

Les trois axes prioritaires pour la période 2019-2024 sont les suivants :

1. L’acadie et la francophonie : identité, langue, culture et rapports interculturels, patrimoines

Conformément à sa mission, l’Université Sainte-Anne a pour priorité de contribuer pleinement par sa recherche à la culture acadienne, à la culture bilingue canadienne et à la francophonie dans son sens large. Dans cette optique, la culture doit être vue comme l’ensemble des modes d’expression et d’identification d’une société. Il s’agit du réseau complexe et dynamique des connaissances, des croyances, des habitudes et des techniques qui régissent les identités collectives et individuelles, de même que le mode de vie et d’expression adoptés par la société et les individus qui y évoluent. Dans le cadre du Plan stratégique de recherche, la culture embrasse l’ensemble des discours et des pratiques d'une collectivité ainsi que ses rapports avec les autres groupes avec qui elle partage le territoire. Un intérêt particulier est accordé à l’évolution socioculturelle, la mémoire collective et les représentations artistiques de l’identité, telles qu'elles apparaissent dans la littérature, la musique, les arts visuels ou les arts de la scène. Ouvert sur le monde francophone, cet axe permet de renforcer de façon marquée les liens étroits entre l’enseignement, la recherche et la création à tous les cycles, tout en faisant de l’Université Sainte-Anne et de son personnel de recherche des acteurs socioculturels de premier plan.

2. Bien-être des populations, éducation et développement socio-économique dans les zones côtières et les régions rurales

Dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse comme ailleurs au Canada, les communautés rurales, loin des grands centres d’activité économique, font face à des défis particuliers qui menacent parfois leur survie. Par son campus principal à Pointe-de-l’Église et ses campus satellites dans des régions clés de la province, les chercheuses et chercheurs de l’Université sont en mesure depuis de nombreuses années de proposer des voies de développement qui contribuent à assurer la résilience des communautés et le mieux-être des individus. L’Université Sainte-Anne est attentive aux besoins de l’humain au cours des différentes transitions de la vie, de la petite-enfance à l’âge adulte, et propose des solutions en vue de soutenir le bien-être de la population, appuyer l’insertion de tous sur le marché du travail et assurer une meilleure productivité. Elle s’intéresse aussi aux défis que posent les mouvements de population et aux enjeux liés à la mobilité des travailleurs. À cet effet, elle entretient déjà des partenariats fructueux dans les secteurs de l’éducation, du travail social, de la santé et de l’économie durable.

3. Santé des écosystèmes, développement durable et secteur agroalimentaire des provinces maritimes

Un troisième axe prioritaire regroupe les efforts de recherche en sciences de la vie et en bio-innovation. Les chercheuses et chercheurs de l’Université Sainte-Anne sont pleinement engagés dans l’étude scientifique des ressources naturelles, présentes dans les zones littorales et agricoles. Ils entretiennent depuis de nombreuses années des liens de partenariats avec d’autres universités, les gouvernements municipaux, provincial et fédéral, l’industrie, les peuples autochtones et les citoyens scientifiques. Leurs travaux constituent une contribution importante à l’avancement des connaissances dans les domaines de la santé des écosystèmes, du développement durable et du secteur agroalimentaire dans les provinces maritimes. Cet axe de recherche permet donc à l’Université de fortifier et de cultiver les liens étroits entre la communauté, le territoire et les ressources naturelles.


Mise en œuvre

Enfin, dans le but d’assurer son efficacité et d’en augmenter la portée, notre Plan stratégique de recherche comporte les éléments de mise en œuvre suivants :

Maintien et renforcement de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales.

  • Réaffectation de la Chaire de recherche en études acadiennes et francophones vers les domaines couverts par l’axe prioritaire 2 : bien-être des populations, éducation et développement socio-économique dans les zones côtières et les régions rurales.
  • Obtention au cours des cinq prochaines années d’une nouvelle chaire de recherche, correspondant à l’axe prioritaire 3 du présent Plan stratégique de recherche : Santé des écosystèmes, développement durable et secteur agroalimentaire des provinces maritimes.
  • Création d’une infrastructure permanente et centrale de la recherche à l’Université Sainte-Anne, de façon à optimiser les services offerts aux chercheuses et chercheurs de toutes les disciplines et favoriser une circulation intégrée de l’information sur les divers programmes de financement disponibles.
  • Restructuration des responsabilités actuelles du Centre acadien en ce qui concerne la recherche. Son rôle, mieux défini et centré sur la mobilisation des savoirs et les activités de mise en valeur du patrimoine, pourra être de favoriser les contacts entre le personnel de recherche de l’Université et la société acadienne sous ses multiples facettes, en assurant la mobilisation des connaissances par la tenue de rencontres, colloques, tables rondes et ateliers de concertation.
  • Organisation d’un atelier annuel à l’intention du corps professoral sur les sources de financement et la préparation des demandes de subvention aux niveaux fédéral et provincial, de même que les sources de subventions provenant du secteur privé.
  • Comptabilisation annuelle, par l’Université, des subventions reçues par les chercheuses et chercheurs en termes de nombre et de fonds reçus.
  • Comptabilisation annuelle, par l’Université, des contrats de recherche.
  • Diffusion de la recherche sous forme de publications, de communications, de colloques, d’ateliers, d’initiatives numériques et de communiqués.
  • Maintien et mise en valeur des profils de recherche des professeures et des professeurs sur le site Internet de l’Université.
  • Augmentation de la présence de l’Université Sainte-Anne et de ses initiatives de recherche sur différents médias sociaux.
  • Soutien logistique et matériel aux travaux des centres, instituts, laboratoires et observatoires, dont le nouveau Centre de recherche et d’innovation sur la qualité du homard.
  • Mise en place de mécanismes qui favorisent la recherche chez les étudiantes et étudiants de tous les cycles d’étude (assistanats, bourses pour assister à des congrès de recherche, incubateurs d’idées nouvelles, espaces physiques, laboratoires).
  • Maintien des partenariats de recherche existants et création de nouveaux partenariats avec les universités, les secteurs publics et privés, de même que les organismes communautaires.
  • Mise en œuvre de programmes de recherche fondamentale et de recherche appliquée visant à faire de l’Université Sainte-Anne et de ses partenaires des acteurs incontournables dans la gestion responsable des ressources naturelles et de la crise climatique actuelle.
  • Développement d’une politique universitaire sur la propriété intellectuelle en ce qui concerne l’obtention de brevets, la protection des droits d’auteurs et le design industriel, dans le cadre des politiques de l’Office de la propriété intellectuelle du Canada.