Actualités

Pointe-de-l'Église (N.-É.), le 27 février 2017– La Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et transnationales (CRÉAcT) de l'Université Sainte-Anne vous invite à la deuxième Classe de maître de la CRÉAcT pour l'année 2016-2017 qui sera donnée par Michel Bouchard, directeur du Département d'anthropologie de l'Université du Nord de la Colombie-Britannique. M. Bouchard est aussi co-auteur du livre, Songs upon the Rivers: The Buried History of the French-Speaking Canadiens and Métis from the Great Lakes and the Mississippi across to the Pacific (Baraka Book, 2016).

La classe, intitulée L'identité métisse contestée : où existe-t-il une identité métisse légitime en Amérique du Nord ?, aura lieu au campus de Pointe-de-l'Église le lundi 6 mars à 18h30 dans la salle B-34 de l'Édifice Bernadin J. Comeau. L'atelier est gratuit et ouvert au public.

L'usage du mot "Métis," ou de son équivalent plus ancien, "Métif," est contesté et certains veulent s'approprier le monopole de l'utilisation de ce mot. Toutefois, une lecture critique des récits historiques démontre que la désignation Métis/Métif existait dès le début du 18e siècle, plusieurs générations avant que les "François" devenus Canadiens arrivent à la rivière Rouge. La classe va donc explorer comment une identité métisse peut répondre de plusieurs noms (Métis, Métif, Meitiff, Mitif, Mitchif, Bois-Brûlé, Chicot, entre-autres), et comment cette identité se serait formée à l'échelle continentale.

« Cet atelier est d'une grande pertinence à l'heure actuelle », explique Clint Bruce, titulaire de la Chaire. « La récente décision Daniels c. Canada de la Cour suprême, sur le statut des Métis et Indiens non-inscrits, nous incite à mieux comprendre les réalités historiques qui sont à l'origine de questions identitaires d'aujourd'hui - notamment en Nouvelle-Écosse. »

Suivant la formule des classes de maître, le public aura l'occasion d'assister à un séminaire, dirigé par Monsieur Bouchard, auquel participera un groupe composé de professeurs et d'étudiants de l'Université Sainte-Anne ainsi que de membres de la communauté. L'activité comprendra aussi une période de discussion avec le public. Les participants inscrits sont :

  • Jocelyne Comeau - Conteuse et directrice, Maison La Bouche Rouverte
  • Louise D'Alessio-Doucet - Étudiante, Sciences de l'éducation/Histoire
  • Carmen d'Entremont – Coordinatrice, Centre acadien
  • Cody Donaldson - Étudiant, Sciences de l'éducation, et assistant de la CRÉAcT
  • Roger Gervais - Professeur, Sociologie, Département des sciences humaines
  • Kamel Khiari - Professeur, Droit et économie, Département des sciences de l'administration
  • Lorianne LeBlanc - Étudiante, Sciences de l'éducation
  • Francis Robichaud - Directeur général, Le Courrier de la Nouvelle-Écosse
  • Paul Tufts - Président sortant, Association des Acadiens-Métis Souriquois (AAMS)

Les membres du grand public qui souhaitent en lire plus sur le sujet sont invités à consulter le blog Les Carnets Nord/Sud pour prendre connaissance de deux lectures proposées par Monsieur Bouchard.

Cet évènement donnera le coup d'envoi de la troisième édition de la Semaine de la recherche de l'Université Sainte-Anne qui aura lieu du 6 au 10 mars 2017. Coordonnée par le Centre acadien, la semaine de la recherche s'adresse aux chercheurs, aux décideurs et à l'ensemble des membres de la communauté qui s'intéressent à l'avenir et au rayonnement de l'Acadie. Les détails de cet événement suivront sous peu.

À propos de l'Université Sainte-Anne

L'Université Sainte-Anne, la seule université francophone en Nouvelle-Écosse, offre des programmes d'études universitaires et collégiales ainsi que des programmes d'immersion et de formation sur mesure en français langue seconde. Reconnue pour l'excellence de ses programmes et son milieu de vie unique et exceptionnel, elle offre des occasions d'apprentissage expérientiel favorisant l'engagement et la réussite des étudiantes et étudiants et un contexte favorable à l'établissement d'une culture d'excellence en recherche et en développement. Résolument ancrée dans son milieu, elle est un partenaire de choix pour accroître la vitalité des régions entourant ses campus et de l'Acadie de la Nouvelle-Écosse dans son ensemble.

Pour plus d'information

Rachelle LeBlanc, Directrice des communications et du marketing
Université Sainte-Anne
Tél. : 902-769-2114 poste 7222
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Maya Hayes est originaire de Halifax, N.-É. et étudiante de première année dans l’Option immersion française intégrée (OIFI). Après avoir débutée au niveau intermédiaire en français, elle a beaucoup progressé et a réussi à décrocher un emploi comme animatrice francophone dans les camps organisés Canadian Parents for French - Nova Scotia à Halifax. Elle est très fière d’avoir passé une entrevue en français et d’être sélectionnée à cause de la qualité de son français oral.

Deux aspects qu’elle a beaucoup appréciés de l’option OIFI « étaient les leçons et la façon que les professeurs nous ont enseigné les matériaux. Cela m’a donné un point de vue différent sur la langue française que j’ai beaucoup aimé. »

Félicitations, Maya, et nous sommes convaincus que les enfants du camp de Canadian Parents for French sont chanceux de t’avoir comme animatrice!

Maya Hayes est originaire de Halifax, N.-É. et étudiante de première année dans l’Option immersion française intégrée (OIFI). Après avoir débutée au niveau intermédiaire en français, elle a beaucoup progressé et a réussi à décrocher un emploi comme animatrice francophone dans les camps organisés Canadian Parents for French - Nova Scotia à Halifax. Elle est très fière d’avoir passé une entrevue en français et d’être sélectionnée à cause de la qualité de son français oral.

Deux aspects qu’elle a beaucoup appréciés de l’option OIFI « étaient les leçons et la façon que les professeurs nous ont enseigné les matériaux. Cela m’a donné un point de vue différent sur la langue française que j’ai beaucoup aimé. »

Félicitations, Maya, et nous sommes convaincus que les enfants du camp de Canadian Parents for French sont chanceux de t’avoir comme animatrice!