Kristen Noel publie des résultats de recherche obtenus lorsqu’elle était étudiante de premier cycle à l’Université Sainte-Anne

Pointe-de-l'Église (N.-É.), le 4 août 2021 – Finissante du baccalauréat en sciences (majeure en biologie) de l'Université Sainte-Anne en 2019, Kristen Noel a récemment publié un article en tant que première auteure dans le Canadian Journal of Zoology. Intitulé « L'apparentement et la sélection de parentèle n'expliquent pas des taux élevés de parasitisme de nids chez les harles huppés », l'article a été sélectionné pour le prix Editor's Choice de la revue.

Nous avons été ravis d'apprendre que certains résultats clés des recherches de Kristen ont été obtenus lorsqu'elle était étudiante au baccalauréat. Ce n'est là qu'un exemple qui démontre comment l'Université Sainte-Anne offre plusieurs occasions d'apprentissage expérientiel et valorise la participation des étudiantes et des étudiants aux travaux de recherche.

L'étude fait partie d'un projet qui implique également des collaborateurs de l'Université McGill et de Parcs Canada et qui est possible grâce à une subvention Découverte du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG) obtenue par Shawn Craik, professeur agrégé en biologie à l'Université Sainte-Anne.

Le parasitisme de nids, c'est-à-dire pondre des œufs dans le nid des autres de la même espèce, est connu pour près de 250 espèces d'oiseaux et fait l'objet d'études depuis des décennies. Malgré cela, les facteurs favorisant l'évolution de ce comportement intriguant sont encore largement non résolus.

L'étude en question cherchait à savoir s'il pourrait être avantageux pour les parasites de pondre leurs œufs dans le nid de leur parenté (p. ex. leur mère ou leur sœur). Des données d'une population de harles huppés nichant au Parc national Kouchibouguac au N.-B ont été utilisées et les résultats ont démontré que ce n'est probablement pas le cas.

« Notre étude souligne le fait qu'il est peu probable que l'apparentement et la sélection de parentèle jouent un rôle central dans l'évolution du parasitisme des nids chez les espèces dont les hôtes passent très peu de temps au nid, même lorsque le coût du parasitisme pour la reproduction de l'hôte est faible. Notre prochaine étape est de tester cette hypothèse avec des observations d'individus marqués sur le terrain. »

- Shawn Craik, professeur agrégé de biologie à l'Université Sainte-Anne

Des oeufs dans un nid

Un nid de harle huppé parasité par au moins une femelle. Une femelle ne pondra normalement pas plus de 9 à 10 œufs dans son nid. Crédit photo : Shawn Craik

Ornithologue et passionnée pour la conservation de la faune, Kristen continue ses recherches en biologie à l'Université Acadia. Plus récemment, dans le cadre de son projet de maîtrise, elle s'intéresse à la conservation des eiders à duvet, un canard de mer nichant sur des îles côtières du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse.

Ceux et celles qui souhaitent en apprendre plus au sujet de l'étude peuvent la consulter sur le site web du Canadian Journal of Zoology.  

À propos de l'Université Sainte-Anne

L'Université Sainte-Anne, la seule université francophone en Nouvelle-Écosse, offre des programmes d'études universitaires et collégiales ainsi que des programmes d'immersion et de formation sur mesure en français langue seconde. Reconnue pour l'excellence de ses programmes et son milieu de vie unique et exceptionnel, elle offre des occasions d'apprentissage expérientiel favorisant l'engagement et la réussite des étudiants et un contexte favorable à l'établissement d'une culture d'excellence en recherche et en développement. Résolument ancrée dans son milieu, elle est un partenaire de choix pour accroître la vitalité des régions entourant ses campus et de l'Acadie de la Nouvelle-Écosse dans son ensemble.

Pour plus d'information      

Rachelle LeBlanc, Directrice des communications et du marketing
Université Sainte-Anne
Tél. : 902-769-2114, poste 7222
Courriel :