Actualités

Pointe-de-l’Église (N.-É.), le 26 janvier 2024 – Dans quelques semaines, la communauté de recherche de l’Université Sainte-Anne se réunira à la Chapelle du campus de Pointe-de-l’Église pour explorer, discuter et aiguiser leur démarche intellectuelle. Le Colloque institutionnel 2024, qui se tiendra le mardi 5 mars, a pour thème « Découvrir et inventer, savoir et créer : la recherche en chantier ». La journée sera rythmée par des sessions d’essais et hypothèses, des tables rondes, puis une exposition Photovoix mettant en scène nos étudiantes et étudiants.

En outre, la journée s’ouvrira sur une conférence d’honneur intitulée « Je doute, donc je cherche » présentée par la linguiste Annette Boudreau, professeure émérite au Département d’études françaises de l’Université de Moncton. La professeure Boudreau est la dernière récipiendaire du prix Acfas Gilles-Paquet 2023 pour la recherche en francophonie minoritaire. Elle est une chercheuse réputée pour avoir exposé en détail les représentations linguistiques de la langue vernaculaire acadienne, ainsi que les idéologies qui les sous-tendent.

Sessions essais et hypothèses

Lors des sessions essais et hypothèses, des membres du corps professoral présenteront une recherche en cours, après quoi une personne répondante y commentera de manière à susciter questions et discussion avec le public.  

La professeure en management public et théories organisationnelles Louise Fontaine présentera « Entrons en scène avec Goffman et Crozier (et Friedberg) pour mieux comprendre la dynamique d’une organisation ». Ici, on discutera d’une comparaison des approches théoriques et méthodologiques de deux sociologues, Michel Crozier et Erving Goffman, par rapport aux types d’interaction sociale que l’on retrouve dans une même structure de travail. La sociolinguiste Chantal White (Études françaises) agira à titre de répondante à la présentation de la professeure Fontaine.

Le professeur de philosophie James Crombie (Sciences humaines) sera questionné par le professeur Daniel Long (Études françaises) suivant sa présentation « Amédée ou Amadeo ? Comment un philosophe français du 19e siècle a contribué au développement de l’éducation scientifique en Argentine ». Ici, on explorera les contributions du philosophe né à Paris Amédée Florentin Jacques, reconnu dans son pays d’adoption sous ses prénoms hispanisés Amadeo Florentino. Si le philosophe est devenu célèbre dans son pays d’adoption, c’est surtout à cause de ses contributions pratiques et théoriques à l’éducation. L’étude de son parcours de vie nous éclaire sur les événements de l’histoire européenne et sud-américaine, ainsi que sur l’histoire de l’éducation, l’histoire de la philosophie et l’histoire des sciences et techniques.

Tables rondes

Une table ronde présentée par la CRÉAcT-Observatoire Nord/Sud et le Département des sciences humaines abordera plusieurs enjeux pertinents pour mieux comprendre le vécu des femmes, à différentes époques et dans divers milieux, et les questions de genre plus largement. Le thème de cette discussion, « Identité acadienne et expériences de femmes en perspective intersectionnelle », sera attaqué en privilégiant l’interaction de ces derniers avec l’identité ethnoculturelle en Acadie, dans la diaspora acadienne ainsi que dans la francophonie canadienne. De plus, il s’agira de traiter des facteurs institutionnels qui conditionnent la recherche. Cette table ronde, animée par l’agente à l’équité, la diversité et l’inclusion Catherine Anguillaume, comprendra des interventions par le professeur Clint Bruce (Sciences humaines), la professeure d’histoire Stéphanie St-Pierre (Sciences humaines), la chercheuse Carmen d’Entremont et la stagiaire postdoctorale de la CRÉAcT Sandrine Mounier.

La seconde table ronde, organisée par la professeure Soukayna Moubarik (Études françaises), mettra en vedette des étudiantes et étudiants de la Maîtrise ès arts en cultures et espaces francophones. Ils et elles présenteront leurs analyses et interprétations de médias variés (image, texte écrit, corpus audiovisuel), illustrant différentes approches théoriques dans le cadre de la linguistique.

Le Centre sur la qualité du homard (CQH) organise la dernière table ronde « Observations, découvertes et innovations en sciences marines ». Elle sera animée par Kenneth Deveau, agent de développement des infrastructures de recherche et d’entrepreneuriat et directeur du CQH. Monsieur Deveau échangera avec un panel sur des sujets tels que les tendances dans l’industrie de pêche et les projets en cours au centre. Parmi les panélistes, on compte Jordan Park, professeur adjoint de biologie et expert sur les invertébrés aquatiques, Michelle Thériault, directrice du Centre de recherche marine situé au campus de Petit-de-Grat, et Daniel Lane, professeur émérite à l’École de gestion Telfer (Université d’Ottawa) et professeur associé au Département des sciences à notre université.

Place à la culture

En fin de journée, le colloque se terminera à la Salle Père-Léger-Comeau (Bernardin-Comeau) avec une exposition Photovoix, accompagnée d’une réception de clôture avec vins et fromages. Pour le Photovoix, de jeunes chercheurs et chercheuses de la population étudiante de l’université seront amenés à réfléchir de manière rigoureuse, originale et non conventionnelle sur un enjeu de leur choix en s’appuyant sur une photo d’archive ou une photo personnelle. L’exposition sera affichée tout le mois de mars.

Participation de la population étudiante et du public

Afin de permettre au corps professoral et à notre population étudiante d’assister au colloque en grand nombre, les cours réguliers de cette journée seront levés.

Le colloque, gratuit, est ouvert au public. Il sera accessible par vidéoconférence à partir des campus satellites de l’Université Sainte-Anne, en s’inscrivant avant le 1er mars 2024

À propos de la recherche à l'Université Sainte-Anne 

Fière de son caractère francophone, l'Université Sainte-Anne constitue un foyer unique en son genre pour l'apprentissage, la recherche, l'innovation et l'épanouissement en français. En effet, ancrée dans l'Acadie de la Nouvelle-Écosse, l'Université se focalise sur la création et la mobilisation de savoirs nouveaux dans une variété de domaines de pointe particulièrement pertinents pour notre époque. L'Université Sainte-Anne souhaite soutenir une culture de recherche concertée et dynamique, de façon à favoriser le rayonnement et la mise en œuvre de savoirs vitaux et novateurs, destinés à répondre aux besoins de la communauté locale, de la société acadienne et d'un monde en constante mutation. 

Pour plus d'information  

Gilles Saulnier
Agent de mobilisation des connaissances
Bureau de la recherche   
Université Sainte-Anne  
Tél. : 902-260-5141
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Centre acadien a procédé hier après-midi à sa réouverture après trois ans de fermeture. L’évènement a permis au Centre de faire découvrir ses installations aux invités d’honneur, ainsi qu’aux représentants et représentantes du gouvernement provincial, des organismes communautaires et de la grande communauté acadienne locale.

La réouverture officielle, qui a eu lieu à la Bibliothèque Louis-R.-Comeau et qui comprenait des discours de différents intervenants et intervenantes, était suivie d’une visite des lieux et d’une réception dans les locaux du Centre acadien. Près de 90 personnes étaient présentes.

« Après trois années d'absence, le Centre acadien rouvre ses portes, non seulement en tant qu'institution, mais en tant que symbole vivant de résilience, de détermination, de collaboration et d’ouverture du patrimoine acadien sur le monde », expliquait Matthias Duc, directeur du Centre acadien.

Rappelons que le Centre acadien est un centre d’archives fondé en 1972 par J. Alphonse Deveau, historien, écrivain, professeur d’école et pionnier en études acadiennes. Il détient d'importantes collections: des fonds d’archives dont certains datent de l’établissement des Acadiens en Nouvelle-Écosse, une base de données généalogique des familles acadiennes de Clare et un fonds documentaire sur l’Acadie.

Il est maintenant doté d’un triple mandat ; la collecte d’archives acadiennes néo-écossaises; l’évaluation, la description, la classification, l’indexation et l’entreposage des archives pour leur conservation; et, la valorisation des archives par la diffusion de l’information.

Il a un nouveau plan d’affaires centré sur sa mission archivistique, un appui financier du ministère des Communautés, de la Culture, du Tourisme et du Patrimoine de la Nouvelle-Écosse et un archiviste, Matthias Duc, à sa direction.

Alors que l’Acadie du Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse se prépare à accueillir le @lecma2024, un évènement qui rassemblera la diaspora acadienne des quatre coins du monde, le calendrier du Centre acadien ne pourrait pas être plus juste.

Le Centre acadien a procédé hier après-midi à sa réouverture après trois ans de fermeture. L’évènement a permis au Centre de faire découvrir ses installations aux invités d’honneur, ainsi qu’aux représentants et représentantes du gouvernement provincial, des organismes communautaires et de la grande communauté acadienne locale.

La réouverture officielle, qui a eu lieu à la Bibliothèque Louis-R.-Comeau et qui comprenait des discours de différents intervenants et intervenantes, était suivie d’une visite des lieux et d’une réception dans les locaux du Centre acadien. Près de 90 personnes étaient présentes.

« Après trois années d'absence, le Centre acadien rouvre ses portes, non seulement en tant qu'institution, mais en tant que symbole vivant de résilience, de détermination, de collaboration et d’ouverture du patrimoine acadien sur le monde », expliquait Matthias Duc, directeur du Centre acadien.

Rappelons que le Centre acadien est un centre d’archives fondé en 1972 par J. Alphonse Deveau, historien, écrivain, professeur d’école et pionnier en études acadiennes. Il détient d'importantes collections: des fonds d’archives dont certains datent de l’établissement des Acadiens en Nouvelle-Écosse, une base de données généalogique des familles acadiennes de Clare et un fonds documentaire sur l’Acadie.

Il est maintenant doté d’un triple mandat ; la collecte d’archives acadiennes néo-écossaises; l’évaluation, la description, la classification, l’indexation et l’entreposage des archives pour leur conservation; et, la valorisation des archives par la diffusion de l’information.

Il a un nouveau plan d’affaires centré sur sa mission archivistique, un appui financier du ministère des Communautés, de la Culture, du Tourisme et du Patrimoine de la Nouvelle-Écosse et un archiviste, Matthias Duc, à sa direction.

Alors que l’Acadie du Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse se prépare à accueillir le @lecma2024, un évènement qui rassemblera la diaspora acadienne des quatre coins du monde, le calendrier du Centre acadien ne pourrait pas être plus juste.