Actualités

Pour la cinquième année consécutive, le nombre d'étudiants inscrits à l'Université Sainte-Anne est en hausse. C'est toutefois un record qui vient d'être battu : malgré une conjoncture économique et démographique difficile en Nouvelle-Écosse, Sainte-Anne dénombre 495 inscriptions en février 2010, soit une augmentation de 6,5% par rapport à octobre 2009.

« Nous avons ciblé le marché international et nous connaissons beaucoup de succès dans ce dossier. De plus, nous avons resserré les liens avec les écoles francophones du nouveau Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard, en plus des écoles du CSAP. Du côté du programme d'immersion, notre recrutement est plus proactif, nous recevons beaucoup plus de visites sur notre campus principal et cela porte ses fruits. »

- Hughie Batherson, vice-recteur aux affaires étudiantes.

Dans les faits, les inscriptions d'étudiants internationaux ont augmenté de 10% : 14 nationalités sont désormais représentées sur le campus principal de Pointe-de-l'Église. Cette diversité permet aux étudiants de développer et d'améliorer leur compréhension du monde.

Dans le département d'immersion française, les inscriptions ont augmenté de 15%. Depuis quelques années, les chiffres étaient systématiquement à la baisse en janvier: cette hausse significative illustre aussi bien l'excellence de l'enseignement prodigué que les efforts de l'équipe de recrutement.

À noter également, le cas particulier de 20 étudiants en « nursing » : inscrits à Dalhousie, ils sont néanmoins considérés comme étudiants à temps plein de l'Université Sainte-Anne, qui leur offre 3 cours en anglais. Ces étudiants sont une nouvelle preuve de la collaboration qui existe entre les universités : elle souligne aussi la capacité d'adaptation et la flexibilité de Sainte-Anne.

Le Centre acadien a procédé hier après-midi à sa réouverture après trois ans de fermeture. L’évènement a permis au Centre de faire découvrir ses installations aux invités d’honneur, ainsi qu’aux représentants et représentantes du gouvernement provincial, des organismes communautaires et de la grande communauté acadienne locale.

La réouverture officielle, qui a eu lieu à la Bibliothèque Louis-R.-Comeau et qui comprenait des discours de différents intervenants et intervenantes, était suivie d’une visite des lieux et d’une réception dans les locaux du Centre acadien. Près de 90 personnes étaient présentes.

« Après trois années d'absence, le Centre acadien rouvre ses portes, non seulement en tant qu'institution, mais en tant que symbole vivant de résilience, de détermination, de collaboration et d’ouverture du patrimoine acadien sur le monde », expliquait Matthias Duc, directeur du Centre acadien.

Rappelons que le Centre acadien est un centre d’archives fondé en 1972 par J. Alphonse Deveau, historien, écrivain, professeur d’école et pionnier en études acadiennes. Il détient d'importantes collections: des fonds d’archives dont certains datent de l’établissement des Acadiens en Nouvelle-Écosse, une base de données généalogique des familles acadiennes de Clare et un fonds documentaire sur l’Acadie.

Il est maintenant doté d’un triple mandat ; la collecte d’archives acadiennes néo-écossaises; l’évaluation, la description, la classification, l’indexation et l’entreposage des archives pour leur conservation; et, la valorisation des archives par la diffusion de l’information.

Il a un nouveau plan d’affaires centré sur sa mission archivistique, un appui financier du ministère des Communautés, de la Culture, du Tourisme et du Patrimoine de la Nouvelle-Écosse et un archiviste, Matthias Duc, à sa direction.

Alors que l’Acadie du Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse se prépare à accueillir le @lecma2024, un évènement qui rassemblera la diaspora acadienne des quatre coins du monde, le calendrier du Centre acadien ne pourrait pas être plus juste.

Le Centre acadien a procédé hier après-midi à sa réouverture après trois ans de fermeture. L’évènement a permis au Centre de faire découvrir ses installations aux invités d’honneur, ainsi qu’aux représentants et représentantes du gouvernement provincial, des organismes communautaires et de la grande communauté acadienne locale.

La réouverture officielle, qui a eu lieu à la Bibliothèque Louis-R.-Comeau et qui comprenait des discours de différents intervenants et intervenantes, était suivie d’une visite des lieux et d’une réception dans les locaux du Centre acadien. Près de 90 personnes étaient présentes.

« Après trois années d'absence, le Centre acadien rouvre ses portes, non seulement en tant qu'institution, mais en tant que symbole vivant de résilience, de détermination, de collaboration et d’ouverture du patrimoine acadien sur le monde », expliquait Matthias Duc, directeur du Centre acadien.

Rappelons que le Centre acadien est un centre d’archives fondé en 1972 par J. Alphonse Deveau, historien, écrivain, professeur d’école et pionnier en études acadiennes. Il détient d'importantes collections: des fonds d’archives dont certains datent de l’établissement des Acadiens en Nouvelle-Écosse, une base de données généalogique des familles acadiennes de Clare et un fonds documentaire sur l’Acadie.

Il est maintenant doté d’un triple mandat ; la collecte d’archives acadiennes néo-écossaises; l’évaluation, la description, la classification, l’indexation et l’entreposage des archives pour leur conservation; et, la valorisation des archives par la diffusion de l’information.

Il a un nouveau plan d’affaires centré sur sa mission archivistique, un appui financier du ministère des Communautés, de la Culture, du Tourisme et du Patrimoine de la Nouvelle-Écosse et un archiviste, Matthias Duc, à sa direction.

Alors que l’Acadie du Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse se prépare à accueillir le @lecma2024, un évènement qui rassemblera la diaspora acadienne des quatre coins du monde, le calendrier du Centre acadien ne pourrait pas être plus juste.