Les écrans peuvent avoir un impact sur le bien-être des adolescents, indique une nouvelle étude

English Text Follows

Pointe-de-l'Église (N.-É.), le 1er mai 2019 – Caroline Fitzpatrick, professeure au département des sciences humaines à l'Université Sainte-Anne et chercheuse membre du Centre PERFORM, vient de publier les résultats d'une vaste étude canadienne auprès de 40 000 adolescents qui examine l'impact des écrans sur les adolescents. Robin Burkhalter, chercheuse au Propel Centre for Population Health Impact à l'Université Waterloo et Mark Asbridge, professeur au département de santé communautaire et d'épidémiologie de l'Université Dalhousie faisaient également partie de l'équipe de recherche.

Les résultats de cette étude ont révélé que l'utilisation accrue des écrans par les jeunes entraîne des effets néfastes sur leur santé et leur productivité. Les adolescents qui consacraient plusieurs heures par jour à regarder la télévision, à jouer à des jeux vidéo, ou à passer du temps sur l'internet avaient des résultats scolaires moins élevés, démontraient moins d'attachement scolaire, avaient une moins bonne auto-estime et démontraient plus de comportements de victimisation envers leurs pairs. De plus, ils s'adonnaient à moins d'activité physique et avaient de moins bonnes habitudes alimentaires.

« Dans l'ensemble, le temps passé devant les écrans peut enlever du temps à d'autres activités qui pourraient être plus bénéfiques et plus enrichissantes », explique la professeure Fitzpatrick. De plus, les effets néfastes sont plus prononcés chez les jeunes qui font une forte utilisation des écrans (4 à 5 heures par jour) comparativement à ceux qui les utilisent de façon plus modérée (2 heures ou moins par jour). Par conséquent, une réduction de l'usage des écrans pourrait se traduire par des économies pour la santé publique.

« C'est quelque chose qu'on peut comparer à une alimentation saine. Il serait bénéfique de sensibiliser les jeunes le plus tôt possible pour qu'ils puissent prendre eux-mêmes des décisions saines face aux écrans », précise-t-elle. « Les parents et les proches peuvent aider en modélisant des comportements modérés. »

Rappelons les recommandations suivantes au sujet de l'utilisation appropriée des écrans :

Enfants de moins de 2 ans
Aucun temps d'écran (source : Société canadienne de pédiatrie);

Enfants de 2 à 5 ans
Moins d'une heure par jour (source : Société canadienne de pédiatrie);

Enfants de 5 à 17 ans
Moins de 2 heures par jour (source : Société canadienne de physiologie de l'exercice).

 

À propos de l'Université Sainte-Anne

L'Université Sainte-Anne, la seule université francophone en Nouvelle-Écosse, offre des programmes d'études universitaires et collégiales ainsi que des programmes d'immersion et de formation sur mesure en français langue seconde. Reconnue pour l'excellence de ses programmes et son milieu de vie unique et exceptionnel, elle offre des occasions d'apprentissage expérientiel favorisant l'engagement et la réussite des étudiants et un contexte favorable à l'établissement d'une culture d'excellence en recherche et en développement. Résolument ancrée dans son milieu, elle est un partenaire de choix pour accroître la vitalité des régions entourant ses campus et de l'Acadie de la Nouvelle-Écosse dans son ensemble.

Pour plus d'information   

Rachelle LeBlanc, Directrice des communications et du marketing
Université Sainte-Anne
Tél. : 902-769-2114 poste 7222
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Screen time could have a negative effect on adolescents, says new research

Church Point (NS), May 1, 2019 Caroline Fitzpatrick, a professor of psychology in the Department of Social Sciences at Université Sainte-Anne and a researcher at the PERFORM Centre, has just published the results of a large Canadian study of 40,000 teenagers which examines the impact of screens on youth. Professor Fitzpatrick's research suggests that time spent with screens could have a negative effect on adolescent health. Robin Burkhalter, researcher at the Propel Centre for Population Health Impact at the University of Waterloo and Mark Asbridge, Professor in the Department of Community Health and Epidemiology at Dalhousie University were also part of the research team. 

The results of this study revealed that the increased use of screens by young people has negative effects on their health and productivity. Teens who spend several hours a day watching television, playing video games, or surfing the internet had lower levels of academic success, were less connected to their school environment, had low self-esteem, and where more likely to bully others. In addition, they were less physically active and had poorer eating habits.

"Overall, the time spent in front of screens can take time away from other activities that could be more beneficial and rewarding," explains Professor Fitzpatrick. In addition, the adverse effects are more pronounced among teens who have high levels of screen use (4 to 5 hours per day) compared to those who use them more moderately (2 hours or less per day). Therefore, a reduction in their use could translate into important benefits from a public health perspective.

"Media use habits can be compared to a healthy diet. It would be beneficial to raise awareness among young people as early as possible, so that they can make healthy decisions about screens themselves," she says. “Parents can support youth by modelling responsible media use habits”.

The following recommendations regarding the proper use of screens should be noted: 

Children under 2 years old

No screen time (source: Canadian Paediatric Society);

Children between the age of 2 and 5

Less than one hour per day (source: Canadian Paediatric Society);

Children between the age of 5 and 17

Less than 2 hours per day (source: Canadian Society for Exercise Physiology).

About Université Sainte-Anne

Université Sainte-Anne, the only French language post-secondary institution in Nova Scotia, offers university and college-level courses as well as a French immersion program and customized training in French as a second language. Recognized for its excellent programs as well as its unique and exceptional living environment, Sainte-Anne offers experiential learning opportunities that promote student engagement and success, and an atmosphere which encourages a culture of excellence in research and development. Solidly established in its community, Université Sainte-Anne is a partner of choice for all those who wish to strengthen the vitality of the regions surrounding its 5 campuses as well as all of Acadie throughout Nova Scotia.

For more information     

Rachelle LeBlanc, Director of Communications and Marketing
Université Sainte-Anne
Tel.: 902-769-2114 Extension 7222
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Adresse courte de l'article