L’Université Sainte-Anne décernera quatre doctorats honorifiques en 2004

Tiré du courrier de la Nouvelle-Écosse du 2 avril 2004.

Pointe-de-l’Église : L’Université Sainte-Anne annonce les noms des récipiendaires des doctorats honorifiques de la collation des grades universitaires de l’année 2004 qui aura lieu le samedi 1er mai 2004. Pour célébrer la 400eme anniversaire de l’Acadie, l’Université Sainte-Anne reconnaît le travail de quatre personnalités de différentes régions reliées à l’Acadie qui ont fait leur marque dans divers domaines, soit : Jean Béliveau, Anne-Marie Comeau, Neil LeBlanc et Edgar Samson.

« Nous voulons souligner le 400e anniversaire de l’arrivée des Français en Amérique de façon spéciale », indique M. André Roberge, recteur de l’Université Sainte-Anne, « Nous avons voulu conférer ces doctorats honorifiques dans le but de souligner le rayonnement de l’Acadie dans diverses sphères d’activités. Notre institution est fière de sa contribution à cette réalité et reconnaît l’apport de gens exceptionnels à notre société. »

L’horaire de la journée de la collation des grades de l’Université Sainte-Anne se déroulera ainsi : 14h : Collation des grades à l’Église Sainte-Marie;
16h : réception, gymnase de l’Université Sainte-Anne.

La contribution immense des récipiendaires de doctorats Honoris Causa de l’Université Sainte-Anne en 2004 peut se décrire brièvement ainsi :

Jean Béliveau, Chevalier (1988) du Québec, représentant la diaspora acadienne hors des provinces atlantiques, dans le domaine du sport professionnel.

Né à Trois-Rivières le 31 août 1931. Jean Béliveau fit ses débuts dans le hockey organisé en 1948 à Victoriaville. EN 1949 et 1950, il s’aligne avec les Citadelles de Québec et évolue ensuite comme Senior avec les As de Québec en 1951 et 1952. Il fait le saut dans la ligne nationale quand il signe son premier contrat avec le Canadien de Montréal le 3 octobre 1953. Il fut en vedette avec le Tricolore et chez les professionnels majeurs (LNH) durant dix-huit saisons, dont dix comme capitaine. Il a été membre d’un club d’Étoiles de la Nationale à dix reprises et compte à son actif les exploits suivants :
- Deuxième meilleur pointeur de l’histoire du Canadien :
- A remporté le trophée Hart (joueur le plus utile à son équipe) en 1955-56 et 1963-64 : le trophée Arts-Ross (meilleur compteur) en 1955-56, et fut le premier joueur à remporter le trophée Conn Smythe (joueur par excellence dans les Séries en 1964-65) :
- A conduit le Canadian a dix conquêtes de la coupe Stanley et  à dix championnat de ligue.
- A pris sa retraite le 9 juin 1971 après dix-huit saisons glorieuses avec le Bleu Blanc rouge :
- A été nommé au Temple de la renommée du Hockey en 1972.

Jean Béliveau a toujours été un modèle et une inspiration constante pour les jeunes désirant se tailler une carrière dans les sports. Il a créé le Fonds Jean Béliveau qui sert à venir en aide aux organismes ou aux associations qui se consacrent au bien-être des jeunes déshérités du Québec et du Canada. Vice-président senior (affaires sociales) du Club de Hockey Canadien Inc., M. Béliveau est aussi membre du conseil d’administration de plusieurs compagnies. Jean Béliveau est Officier de l’Ordre du Canada.

Anne-Marie Comeau, de la Baie Sainte-Anne, dans le domaine des arts de la scène, notamment en fondant la troupe de danse de renommée internationale La Baie en Joie. Mme Comeau s’est lancée dans le monde de la danse à l’âge de 31 ans. Pendant quatre ans, elle suit des cours dans la British Association of Teachers of Dancing et avec la Canadian Dance Teacher’s Association. Elle obtient alors sa maîtrise en danse. Son premier groupe de danse ne compte que 9 élèves. Aujourd’hui, la troupe d’Anne-Marie Comeau compte environs 200 danseuses âgées entre 4 et 18 ans, à qui elle offre des cours de danse cinq jours par semaine. Outre la danse, Mme Comeau contribue de façon considérable au monde des arts. Elle joue au théâtre avec Les araignées du boui-boui dans le drame musical Évangéline et incarne le rôle de Rosalba depuis près de 31 ans. Anne-Marie Comeau est aussi apparue dans les films Les Gossipeuses et La Cabane de Phil Comeau. Elle siège également sur plusieurs comités locaux.

La Baie en Joie a remporté de nombreux prix nationaux et internationaux et contribue à garder vivant l’héritage culturel acadien. La troupe a contribué aux Congrès mondial acadien de Moncton et de la Louisiane et se prépare à participer au 3e Congrès mondial acadien en Nouvelle-Écosse.

Neil LeBlanc, originaire de la région d’Argyle, dans le domaine de la politique et de la vie publique.

Originaire de Wedgeport, Neil LeBlanc a débuté sa carrière politique à un très jeune âge, après avoir travaillé dans une firme comptable, dans l’entreprise familiale et pour la Atlantic Herring Company. Il n’a que 28 ans lorsqu’il est élu pour la première fois en 1984 à l’assemblée législative de la Nouvelle-Écosse comme représentant de la circonscription d’Argyle. Il est réélu pour un deuxième mandat consécutif en 1988, mandat pendant lequel il est nommé solliciteur général et pour lequel on lui offre son premier poste comme ministre responsable de la Commission des sports et loisirs.

En 1999, lors d’un quatrième mandat, il devient le pilier du gouvernement conservateur de John Hamm, où il se voit confier le prestigieux poste de ministre des Finances. De plus, il accumule plusieurs portefeuilles, dont l’un d’intérêt particulier pour les Acadiens, celui de ministre responsable des Affaires acadiennes. Le ministre des Affaires acadiennes donne aussi son appui au Congrès mondial acadien 2004 et au 350e anniversaire de Pubnico-Ouest. Ses voyages en Louisiane et Belle-Ile-en-Mer donne une belle visibilité à l’Acadie de la Nouvelle-Écosse. Avant de terminer son mandat, M. LeBlanc s’assure que les Affaires acadiennes aient un bureau permanent. À l’été 2004, Neil LeBlanc est revenu dans sa région natale et dessert présentement sa communauté en tant que greffier de la municipalité d’Argyle. On lui a remis le certificat de mérite Léger Comeau en octobre 2003.

Edgar E. Samson, de la région de l’Isle Madame au Cap-Breton, dans le domaine des affaires.

Natif de Petit-de-Grat, Nouvelle-Écosse, M. Edgar E. Samson obtient sa douzième année de l’École secondaire de l’Isle Madame et un certificat de mérites en électricité du Collège communautaire de Détroit en 1983. Après quelques mois d’expérience comme électricien, le besoin de démarrer une entreprise devient une source de vision pour Edgar et il décide de devenir entrepreneur dans le domaine des pêches. Avec ses partenaires Jean F. Samson et Brian Samson, il démarre au printemps 1984 l’entreprise Premium Seafoods limitée située à Arichat, l’Isle Madame. Les affaires démarrent dans une petite remise munie de pompes à eau rudimentaires et d’un camion. Avec une vision partagée avec ses partenaires, Premium Seafoods limitée grandit et est maintenant un groupe de compagnies employant près de 200 personnes.

M. Samson s’implique comme bénévole dans sa communauté. Mentionnons son engagement à la présidence du comité consultatif de l’École Beau Port, ses nombreuses contributions au Centre La Picasse ainsi que sa vision de la vitalité linguistique de sa communauté acadienne. Il siège également comme secrétaire-trésorier au Conseil de développement économique de la Nouvelle-Écosse et participe activement à l’atteinte des objectifs du Conseil, plus particulièrement dans sa région.