Actualités

Pointe-de-l'Église (N.-É.), le 17 février 2021 – La communauté universitaire est attristée par le décès du père Maurice LeBlanc, qui a été diplômé, directeur artistique et professeur émérite à l'Université Sainte-Anne. Son décès est survenu le vendredi 12 février 2021. Il était âgé de 96 ans.

Né à Pubnico-Ouest, Nouvelle-Écosse, père Maurice est entré au Collège Sainte-Anne dès l'âge de 11 ans. Diplômé du cours classique en 1944, il entreprend des études au Séminaire de Québec et est ordonné prêtre en 1949. Il se joint alors aux prêtres éducateurs de la Congrégation de Jesus et Marie, dite « les Eudistes ».

Dans la photo de gauche à droite : La classe de 1944 - Lawrence Carter, Julius Comeau, Guy Amiot, Raymond LeBlanc, père Maurice leBlanc et Clarence Thibeault.

Peu après son ordination, il débute sa longue carrière en éducation comme professeur au Collège Sacré-Coeur à Bathurst, Nouveau-Brunswick. Il enseignera pendant plus de vingt-cinq ans l'histoire de l'art et la musique notamment en dirigeant de nombreux ensembles. Il contribuera à la formation d'innombrables jeunes étudiantes et étudiants et à l'animation de la communauté artistique de cette région acadienne. En 1986, le Conseil pour la promotion et la diffusion de la culture (aujourd'hui connu sous le nom du Conseil provincial des sociétés culturelles) lui décerne un certificat d'honneur en reconnaissance de son dévouement à l'épanouissement de la culture au Nouveau-Brunswick.

En 1974, il retourne dans sa province natale pour enseigner l'histoire de l'art et de la musique à l'Université Sainte-Anne. En tant que directeur artistique il est responsable de l'organisation de concerts et d'événements qui accueillent plusieurs artistes canadiens de renom. Il dirige la Fanfare régionale de Clare, il prend la barre de la Chorale de la Baie-Sainte-Marie. En 1981, il est nommé membre du Conseil d'administration de la Galerie d'art de la Nouvelle-Écosse par le lieutenant-gouverneur de la province.

Les arts, la culture et l'implication communautaire ont fait partie intégrante de sa vie, même après sa retraite de l'enseignement artistique en 1991. Il était président du Conseil des arts d'Argyle jusqu'à tout récemment, membre du Yarmouth Regional Arts Council et du Waterfront Gallery de Yarmouth. Peintre prolifique, il a produit des toiles jusqu'à la veille de son décès.

De plus, il fera du ministère dans plusieurs paroisses acadiennes du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse, notamment la Paroisse Saint-Joseph de l'Ile Surette et sa voisine, Sainte-Famille des Buttes Amirault. Jusqu'en 2019, il prononçait l'invocation lors de la cérémonie de la collation des grades de l'Université Sainte-Anne, en l'Église Sainte-Marie.

« Père Maurice va nous manquer. Un grand ami de notre institution, il tenait à cœur son alma mater et manquait très peu d'activités sur nos campus. Il était très généreux avec son temps et n'hésitait jamais à me prêter une oreille attentive lorsque je voulais discuter de l'Université Sainte-Anne. »

- Allister Surette, recteur et vice-chancelier de l'Université Sainte-Anne.

Militant Acadien, il a été président de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse de 1986 à 1989 et était présent jusqu'en 2019 à ses assemblées générales. En 1989, il a reçu le grade de chevalier de l'Ordre de la Pléiade en Nouvelle-Écosse. La Salle Père-Maurice-LeBlanc du Centre communautaire de Par-en-bas a été nommée en son honneur de son vivant.

L'Université Sainte-Anne et toute la communauté universitaire s'unissent pour offrir à sa famille, ainsi qu'à ses amies et amis, leurs plus sincères condoléances.

Nécrologie du Chronicle Herald

À propos de l'Université Sainte-Anne

L'Université Sainte-Anne, la seule université francophone en Nouvelle-Écosse, offre des programmes d'études universitaires et collégiales ainsi que des programmes d'immersion et de formation sur mesure en français langue seconde. Reconnue pour l'excellence de ses programmes et son milieu de vie unique et exceptionnel, elle offre des occasions d'apprentissage expérientiel favorisant l'engagement et la réussite des étudiantes et étudiants et un contexte favorable à l'établissement d'une culture d'excellence en recherche et en développement. Résolument ancrée dans son milieu, elle est un partenaire de choix pour accroître la vitalité des régions entourant ses campus et de l'Acadie de la Nouvelle-Écosse dans son ensemble.

Pour plus d'information     

Rachelle LeBlanc, Directrice des communications et du marketing
Université Sainte-Anne
Tél. : 902-769-2114 poste 7222
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Le Centre acadien a procédé hier après-midi à sa réouverture après trois ans de fermeture. L’évènement a permis au Centre de faire découvrir ses installations aux invités d’honneur, ainsi qu’aux représentants et représentantes du gouvernement provincial, des organismes communautaires et de la grande communauté acadienne locale.

La réouverture officielle, qui a eu lieu à la Bibliothèque Louis-R.-Comeau et qui comprenait des discours de différents intervenants et intervenantes, était suivie d’une visite des lieux et d’une réception dans les locaux du Centre acadien. Près de 90 personnes étaient présentes.

« Après trois années d'absence, le Centre acadien rouvre ses portes, non seulement en tant qu'institution, mais en tant que symbole vivant de résilience, de détermination, de collaboration et d’ouverture du patrimoine acadien sur le monde », expliquait Matthias Duc, directeur du Centre acadien.

Rappelons que le Centre acadien est un centre d’archives fondé en 1972 par J. Alphonse Deveau, historien, écrivain, professeur d’école et pionnier en études acadiennes. Il détient d'importantes collections: des fonds d’archives dont certains datent de l’établissement des Acadiens en Nouvelle-Écosse, une base de données généalogique des familles acadiennes de Clare et un fonds documentaire sur l’Acadie.

Il est maintenant doté d’un triple mandat ; la collecte d’archives acadiennes néo-écossaises; l’évaluation, la description, la classification, l’indexation et l’entreposage des archives pour leur conservation; et, la valorisation des archives par la diffusion de l’information.

Il a un nouveau plan d’affaires centré sur sa mission archivistique, un appui financier du ministère des Communautés, de la Culture, du Tourisme et du Patrimoine de la Nouvelle-Écosse et un archiviste, Matthias Duc, à sa direction.

Alors que l’Acadie du Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse se prépare à accueillir le @lecma2024, un évènement qui rassemblera la diaspora acadienne des quatre coins du monde, le calendrier du Centre acadien ne pourrait pas être plus juste.

Le Centre acadien a procédé hier après-midi à sa réouverture après trois ans de fermeture. L’évènement a permis au Centre de faire découvrir ses installations aux invités d’honneur, ainsi qu’aux représentants et représentantes du gouvernement provincial, des organismes communautaires et de la grande communauté acadienne locale.

La réouverture officielle, qui a eu lieu à la Bibliothèque Louis-R.-Comeau et qui comprenait des discours de différents intervenants et intervenantes, était suivie d’une visite des lieux et d’une réception dans les locaux du Centre acadien. Près de 90 personnes étaient présentes.

« Après trois années d'absence, le Centre acadien rouvre ses portes, non seulement en tant qu'institution, mais en tant que symbole vivant de résilience, de détermination, de collaboration et d’ouverture du patrimoine acadien sur le monde », expliquait Matthias Duc, directeur du Centre acadien.

Rappelons que le Centre acadien est un centre d’archives fondé en 1972 par J. Alphonse Deveau, historien, écrivain, professeur d’école et pionnier en études acadiennes. Il détient d'importantes collections: des fonds d’archives dont certains datent de l’établissement des Acadiens en Nouvelle-Écosse, une base de données généalogique des familles acadiennes de Clare et un fonds documentaire sur l’Acadie.

Il est maintenant doté d’un triple mandat ; la collecte d’archives acadiennes néo-écossaises; l’évaluation, la description, la classification, l’indexation et l’entreposage des archives pour leur conservation; et, la valorisation des archives par la diffusion de l’information.

Il a un nouveau plan d’affaires centré sur sa mission archivistique, un appui financier du ministère des Communautés, de la Culture, du Tourisme et du Patrimoine de la Nouvelle-Écosse et un archiviste, Matthias Duc, à sa direction.

Alors que l’Acadie du Sud-Ouest de la Nouvelle-Écosse se prépare à accueillir le @lecma2024, un évènement qui rassemblera la diaspora acadienne des quatre coins du monde, le calendrier du Centre acadien ne pourrait pas être plus juste.